Pharmacie sans ordonnance livraison rapide 24h: acheter viagra en ligne en France.

Livret d'accuiel

Avenue du Président François Mitterrand
76405 FECAMP
Service pédiatrie
Tel 02.35.10.92.01

Madame, Monsieur,
Votre enfant vient d’être hospitalisé dans le service de pédiatrie suite à la découverte d’un
diabète, d’un changement de schéma thérapeutique (passage au basal bolus,
insulinothérapie fonctionnelle) ou pour la pose d’une pompe à insuline. Vous vous posez
surement beaucoup de questions.
L’équipe du service de pédiatrie répondra à toutes vos questions progressivement et vous
donnera toutes les connaissances nécessaires à la prise en charge du diabète de votre
enfant.
L’équipe se compose d’un pédiatre spécialisé en endocrinologie, d’un cadre référent en
diabétologie, d’une diététicienne, d’un psychologue, d’une infirmière référente en
éducation thérapeutique, d’infirmières puéricultrices, d’infirmières, d’auxiliaires de
puériculture et d’aides-soignantes.
L’équipe vous propose de suivre un programme d’éducation thérapeutique.
Il sera réalisé un diagnostic éducatif qui permettra de faire le point sur la maladie chronique
du diabète, la physiopathologie, l’évolution, le traitement, les complications, le mode et
habitudes de vie, les connaissances, les croyances et les représentations, le vécu de la
maladie ou de l’annonce du diagnostic, les inquiétudes, les angoisses, les projets de vie de
l’enfant et sa famille. Ce diagnostic fait l’objet d’une synthèse pluridisciplinaire centrée sur le
patient et personnalisée. Les séances pédagogiques seront effectuées pendant
l’hospitalisation, puis réalisées tantôt en individuelles tantôt en collectives, dans le cadre
d’un programme.
L’équipe de pédiatrie vous donnera une charte éthique à signer, ainsi qu’un formulaire de
consentement pour les enfants mineurs afin de leur proposer de participer à ce programme
d’éducation thérapeutique. Ce programme est autorisé par l’Agence Régionale de Santé de
Haute Normandie.
Les objectifs de ce programme sont les suivants :
L’acquisition et le maintien par le patient de compétences d’autosoins et la mobilisation ou
l’acquisition de compétences d’adaptation. Permettre aux enfants souffrant de diabète
type I de devenir autonome dans la prise en charge de leur maladie ( calculer ses doses
d’insuline au stylo ou avec une pompe, en fonction de leur schéma thérapeutique, de
l’alimentation, de l’activité, d’une hyper ou hypoglycémie, et savoir adapter le traitement
face aux différentes situations de vie ou d’anomalies en collaboration avec sa famille
proche ou tuteur, en fonction de l’âge) améliorer la qualité de vie, assurer un équilibre du
diabète, et éviter des complications liées au diabète dans l’avenir.
Ce programme se déroulera tout au long de l’année, en dehors des hospitalisations sous
forme de séances individuelles avec le pédiatre et avec les infirmières référentes en
éducation thérapeutiques et sous forme de séances collectives (deux par an) avec le
pédiatre, les infirmières référentes, la diététicienne, l’assistante sociale et la psychologue.
L’équipe participant à ce programme signera une charte de confidentialité.

Ce document vous permettra de retrouver différentes informations dont vous aurez besoin
quand vous rentrerez à la maison.
Toute l’équipe est à votre disposition pour répondre à vos questions.
Quand et pourquoi faire une glycémie capillaire ?
Soit avant chaque repas, soit en cas de problèmes particuliers d’hyperglycémie et
hypoglycémie.
Préparation du matériel : l’auto piqueur, le lecteur à glycémie, les bandelettes
adéquates à l’appareil avec un code qui correspond.
Les règles d’hygiène indispensables : se laver les mains avec du savon doux et essuyer
avant d’effectuer le prélèvement capillaire au bout du doigt.
Quels sites de prélèvement et pourquoi ? : Ne pas utiliser les doigts de la « pince »
(pouce et index). Sur les autres doigts, ne pas prélever la pulpe, car piquer régulièrement
cela risque de diminuer la sensibilité. Pour un meilleur afflux, on peut masser le doigt.
Piquer sur le coté du doigt, pincer pour avoir une belle goutte, mettre en contact
bandelette et sang, couvrir toute la surface réactive. Une fois le prélèvement effectué,
essuyer le doigt avec une compresse.
Utilisation du lecteur à glycémie : vérification du code et de la péremption des
bandelettes, introduire la bandelette, attendre le temps indiqué par l’appareil, déposer
la goutte de sang sur la bandelette, après quelques secondes, pratiquer à la lecture de la
glycémie capillaire.
Noter les résultats : Noter le résultat obtenu sur le carnet d’auto-surveillance.

Les différentes insulines les schémas thérapeutiques
1) Les flacons d’insuline ou les cartouches : les flacons non entamés sont conservés au
réfrigérateur ( 4°, étage inférieur du réfrigérateur ) les flacons entamés peuvent
être conservés à température ambiante raisonnable, 1 mois ( pas > à 40° ni < à 0°)
Si je préfère garder mes flacons au réfrigérateur, il faut les sortir 30mn avant
l’injection, je roule au moins 30 secondes dans mes mains les flacons d’insuline
semi lente ou lente avant de prélever l’insuline, afin de bien homogénéiser le
contenu.


2) Les stylos à insuline :
l’insuline est déjà préparée dans la cartouche, je roule au moins
30 secondes entre mes mains le stylo s’il contient de l’insuline lente ou semi lente, avant d’injecter l’insuline. Avant l’injection je purge de 2 unités (espace mort de l’aiguille) 3) Les insulines :
Insulines ultra rapides : Humalog, Novorapid, Apidra : début d’actions = 5mn, pic
d’action = 2 heures, fin d’action = 4 heures. • Insulines rapides : : Actrapid, Umuline rapide : début d’action = 15mn, pic d’action =
3 heures, fin d’action = 6 à 8 heures. • Insulines semi lentes : Insulatard NHP, Umuline NPH : début d’action = 30mn, pic
d’action 6 à 8 heures, fin d’action = 12 à 16 heures. • Insulines lentes : Lantus, Levemir, début d’action = 1 heure, action constante sur 24
4) L’insuline rapide agit immédiatement et agit surtout après le repas « insuline pour
manger » dans le cas d’une insulinothérapie fonctionnelle avec schéma « basal,
Bolus » ou le matin et le soir dans le cas du schéma mixte avec insuline semi lente.
L’insuline rapide pourra également être utilisée pour corriger une hyperglycémie
« insuline pour soigner ».
L’insuline semi lente agira sur 12h et donc nécessitera 2 injections par jour pour couvrir
les 24h (ce schéma concerne les enfants en bas âge, car il y a moins d’injections).
L’insuline lente couvre les 24 heures pour les schémas basal Bolus et correspond aux
besoins en insuline pour faire pénétrer le sucre et donc l’énergie dans les cellules tout au
long de la journée et de la nuit : « insuline pour vivre ».
Que faire si la glycémie est basse
Hypoglycémie
Glycémie < 0,60g/l
Signes d’hypoglycémie : tremblements, sueurs, pâleur, faim, changement de
comportements…
Conscience normale
Impossibilité de resucrer
Resucrage par la bouche
par la bouche
. Confusion
Essayer resucrage par la
. Conscience altérée
A distance
Au moment
d’un repas
d’un repas
1)SUCRE RAPIDE
* Enfant < 20kg = 5g de
SUCRE RAPIDE
INJECTION INTRA-
sucre (1 pierre de sucre n°
MUSCULAIRE DE
4 ou 50ml de jus d’orange)
- Attendre 5 minutes
GLUCAGEN
* Enfant de 20 à 40kg =
- < 10 ans : ½ ampoule
10g de sucre (2 pierres de
- Faire le bolus ou
soit 0,5mg
sucre n° 4 ou 100ml de jus
l’injection d’insuline
- > 10 ans : 1 ampoule
d’orange)
comme prévu
* Enfant > 40 kg = 15g de
sucre ( 3 pierres de sucre
n° 4 ou 150 ml de jus

- Prendre le repas
d’orange)
Ce protocole concerne tous les
enfants en schéma « basal,
bolus »
2) Pour les enfants à insulines
mixte
s : on donne du sucre
Le malaise doit disparaitre en quelques minutes, faire alors
lent après le resucrage rapide
absorber du sucre rapide puis du sucre lent selon le protocole ci-
SUCRE LENT 5 à 10 min
10mn plus tard : refaire une glycémie capillaire :
- < 20kg = 10g de pain ou 1
- la glycémie capillaire est encore < 0,40g/l, donner 2 sucres par
« petit beurre »
- 20-40kg = 20g de pain ou 2
20kg de poids.
« petits beurre » ou 1 petit
- la glycémie capillaire est > 0,40g/l et < 0,60g/l donner 1 sucre
écolier
par 20kg de poids.
- > 40kg = 30g de pain ou 3
- la glycémie capillaire est > 0,60g/l, donner des sucres lents (pas
« petits beurre » ou 2 petit
de sucres rapides).
écolier
Des vomissements sont possibles, donner la boisson sucr ée par
Pour le schéma basal bolus : si
une glycémie ne remonte pas
petite quantité, si le glucagon est inactif appelez le 15. Le kit
assez : soit : 2 hypoglycémies
glucagon se conserve au réfrigérateur jusqu’à la date de
de suites après resucrage de
péremption et 18 mois en dehors.
sucre rapide, on donne du
sucre lent, et seulement
dans ce cas.

Que faire si la glycémie est haute
1) Pour les enfants avec injections insuline semi lente et rapide
HYPERGLYCEMIE supérieure à 2,5g/L
1 : recherche la présence de cétone : céton émie ou acétonurie
2 : recherche d’une cause évidente à l’hyperglycémie (alimentation sucrée, fièvre,
oubli d’injections…….)

Cétonémie < 1mmol/L
Cétonémie > 1mmol/L et < 3mmol/L
Cétonémie > 3mmol/L
Ou acétonurie < = +
Ou acétonurie > + (++ ou au-delà)
Ou acétonurie positive
avec nausées,
vomissements, douleurs
abdominales

Refaire glycémie et
Faire une injection supplémentaire
URGENCE MEDICALE
cétonémie ou
d’insuline rapide ( Novorapide® ou
acétonurie 2-4h après
Humalog®) de 10% de la dose totale
Venir à l’hôpital
journalière ou 0,1UI/kg de poids
Faire une injection
Glycémie < 2,50g/L
Et appeler l’hôpital
supplémentaire d’insuline
rapide ( Novorapide® ou
Répéter les injections toutes les 2 à 4
Humalog® de 10% de la
Glycémie > 2,50g/L
heures tant que la cétonémie,
dose totale journalière ou
acétonurie persiste
0,1UI/kg de poids
Hospitalisation en urgence
Que faire si la glycémie est haute
2) pour les enfants sous schéma basal bolus ou avec une pompe portable à insuline
HYPERGLYCEMIE supérieure à 2,5g/L
ec rh elrecs
cé tsocnh
e avec une pompe portable à
2 : recherche d’une cause évidente à l’hyperglycémie (alimentation sucrée, fièvre, oubli de Bolus
tion au cathéter…)
Rechercher une cause technique : suivre la liste des vérifications de la pompe

Cétoné
mie < 1mmol/L
Cétonémie > 1mmol/L et < 3mmol/L
Cétonémie > 3mmol/L
Ou acé tonurie < = +
Ou acétonurie > + (++ ou au-delà)
Ou acétonurie positive
avec nausées,
vomissements, douleurs
abdominales
MIE < 3,5g/L
GLYCEMIE > 3,5g/L
Faire un Bolus d’insuline :
0,5UI pour 10kg ou 5%
e glycémie et
cétonémie ou
de la dose journalière
urie 2-4h après
Refaire glycémie et
Glycémie < 2,50g/L
cétonémie ou
immédiatement le
acétonurie 30mn à 2h
cathéter, la ligne
d’infusion et la
Glycémie > 2,50g/L-
cartouche
<3,50g/ L
Glycémie < 2,50g/L
Faire un Bolus
Glycémie > 3,5g/L
d’insuline 1UI pour
Glycémie
10kg ou 10% de la
>2,50g/L<3,5g/L
dose journalière
Appeler l’hôpital
Glycémie > 3,50g/L
changer le cathéter
faire un Bolus
d’insuline 0,5UI pour
10kg ou 5% de la dose
MEDICALE
journalière
Répéter les Bolus
L’HÔPITAL
toutes les 2 à 4 h tant
que l’acétone persiste
Faire injection
POUR LES ENFANTS EN SCHEMA BASAL BOLUS (LANTUS + BOLUS
REPAS) OU SOUS POMPE LES CORRECTIONS SE FONT POUR
d’insuline
REDESCENDRE A 1,20G (1UI FAIT BAISSER DE 0,40G) AVANT LE REPAS
rapide 1UI pour
PUISQU’IL VA SE FAIRE UN BOLUS. (Ex : si glycémie à 1,60g on fait 1 unité, on tentera d’arrondir p
Aller de 0,5 en 0,5UI), selon l’enfant, le pédiatre pourra changer ce protocole.
de la dose
EN DEHORS DES REPAS S’L Y A HYPERGLYCEMIE, (SOIT > 2,50g) LA CORRECTION SE FAITEN
journalière au
FONCTION DE LA PRESENCE OU NON DE CORPS CETONIQUE. (cf. protocole)
stylo
Hospitalisation

3) Si je suis sous pompe à insuline : je rechercher une cause technique : liste
de la vérification de la pompe
¤ La pompe :

Alarme affichée ?
Piles pas bien en place ou déchargées
Réservoir vide
Arrêt de l’injection du débit de base ou du Bolus
Heure non à jour
Panne non détectée
Pompe mise en arrêt temporaire
Erreur ou absence de programmation des débits de base (vérifier toutes les plages
horaires)

¤ Le réservoir d’insuline

Il est vide
Aspect laiteux de l’insuline
Présence de bulles d’air
Mauvaise fixation
Fuite d’insuline au niveau du réservoir ou de la connexion avec l’embout de la ligne
d’infusion

¤ L’insuline

Erreur dans la dose d’un Bolus
Oubli d’un Bolus : aller voir dans l’historique et la dose totale journalière reçue
Oubli de purge

¤ La ligne d’infusion

Présence de bulle d’air ou de sang
Fuite d’insuline (connexions avec le cathéter)
Rupture
Débranchement
Pincée, coudée ou fuite d’insuline
Oubli de purge ou insuffisante (souvent hyperglycémie après changement de
cathéter

¤ Extrémité du cathéter

Oubli de purge
Fuite d’insuline au niveau de la connexion ligne d’infusion cathéter
Cathéter obstrué (on ne le verra qu’après avoir enlevé le cathéter)
Cathéter ou canule sorti de son site
Présence de sang remontant dans le cathéter ou la canule
¤ La peau
Inflammation, infection, lipodystrophie, induration
Zone de frottement (ceinture)

¤ Je vérifie l’insuline qui a été utilisée (péremption, condition de conservation)

DANS TOUS LES CAS : je dois chercher une cause à une glycémie
trop basse ou trop haute.
Trop basse :

Erreur d’insuline, erreur de calculs en insulinothérapie fonctionnelle.
Repas insuffisant.
Effort physique intense.
Intolérance alimentaire, vomissements du repas.

Trop haute :

Erreur d’insuline, erreur de calculs en insulinothérapie fonctionnelle.
Oubli de bolus ou injection.
Dose d’insuline ou débit de base insuffisant (revoir le pédiatre pour réajuster)
Fièvre, maladie infectieuse.
Problème technique (sous pompe à insuline) cf. protocole ci-dessus.
Le carnet d’auto surveillance
Ecrire lisiblement tout ce qui est nécessaire pour adapter les doses
d’insuline dans l’ordre chronologique.
Surligner ou écrire en rouge la survenue d’événements importants tels
que : hypoglycémie hyperglycémie et acétonémie.
Dans la colonne observation précisez-la gravité de l’incident, le
traitement et sa cause (dans le carnet d’auto surveillance des enfants
porteurs de pompes à insuline, les changements de cathéter doivent
être notés)

Qui y a-t-il d’autre dans le carnet d’auto surveillance :
- Informations personnelles.
- Noms et adresses des personnes à prévenir (médecin, hôpital).
- Des pages réservées aux consultations médicales et au suivi.
- Objectifs glucidiques.
- Et pour les patients en schéma basal bolus et insulinothérapie
fonctionnelle avec ou sans pompe à insuline : schéma basal bolus
initial, ratios glucidiques par repas, et schéma de remplacement pour
les porteurs de pompe.

L’injection

L’injection à la seringue ou au stylo :


- Préparation du matériel
: coton avec alcool à 70°, une seringue à insuline, ou le stylo, le
flacon d’insuline, ou la cartouche, le container à aiguille (qui pourra être fourni à la maison
en ouvrant un compte à la pharmacie de l’hôpital).
- Les règles d’hygiène indispensables : se laver les mains au savon doux et désinfection du
site d’injection avec de la biseptine ou alcool, vérifier toujours la péremption de l’insuline et
seringue, le flacon, la cartouche ou le stylo ne doit pas être entamé depuis plus d’un mois.
(Pour l’insuline non entamée, elle doit être gardée au réfrigérateur dans le bac à légumes ou
le haut de la porte, une fois entamée, l’insuline peut être gardée à température ambiante
pas plus de 25° et pas au soleil).
- ATTENTION : Ne pas se tromper de flacon d’insuline, il existe plusieurs insulines :
l’insuline d’action rapide et insuline d’action lente, ou semi lente, il serait dangereux
de se tromper. Si l’insuline est trouble (insuline retard), retourner le flacon.
- On travaille sur une surface propre, on désinfecte le bouchon du flacon ou de la cartouche, piquer dans le flacon ou la cartouche pour prélever la quantité d’insuline nécessaire ou bien régler son stylo sur la dose d’insuline à injecter, avec le stylo, il faut adapter une petite aiguille, des aiguilles de différentes longueurs sont possibles. Puis après avoir désinfecté son site d’injection, se préparer à l’injection. Le stylo est pratique mais on peut le perdre ou le casser, il est conseillé de savoir faire une préparation avec une seringue, ainsi que les parents. - Les sites d’injection : L’extérieur des bras, sur le ventre en évitant le pourtour du
nombril de quelques centimètres, la partie antérieure et extérieure de la cuisse, le
quart latéro-externe de la fesse. Attention : si on fait des injections trop proches les
unes des autres, on peut voir se former des bosses appelées lipodystrophies et si on
pique dans les bosses, l’action de l’insuline est modifiée.
- S’installer confortablement : faire un pli cutané et faire son injection (avec un stylo
on attendra 10 secondes avant d’enlever le stylo, puis on vérifie que le compte unité d’insuline est revenu à zéro. Retirer l’aiguille. Je note dans mon carnet de suivi.
L’injection de glucagon.

- Matériel : le kit et un coton alcoolisé.
Technique: Enlever le capuchon orange du flacon de poudre et enlever le capuchon de
l’aiguille, piquer l’aiguille dans le flacon de poudre, injecter l’eau dans le flacon, prélever la
solution dans la seringue, (si l’enfant fait moins de 25kg, la moitié du flacon suffira (0,5ml) )
chasser l’air, l’injection peut se faire aux mêmes endroits que l’insuline en sous cutané ou
sur le quart, latéro-externe de la fesse en intra musculaire.
Exemple : Fesse droite
La trousse de secours
Enfants qui pratiquent des injections ou stylos ou seringues : Avoir avec soi en cas de
déplacements :

Un flacon d’insuline ou cartouche d’insuline rapide et insuline lente (transporter
dans un endroit réfrigéré avec sac isotherme et bloc de glace si pas entamé).
Stylo, seringues et aiguilles.
Un flacon de bandelettes urinaire.
Un appareil à glycémie avec bandelettes adaptées et bandelettes à cétonémie si il
en possède.
Du sucre en pierre.
Un glucagen Kit.
Coton et alcool ou compresses.

Enfants porteur d’une pompe à insuline : la trousse de secours est indispensable dès que
l’enfant s’éloigne de plus de deux heures de son domicile.

Une pile pour la pompe à insuline
Un réservoir d’insuline pour la pompe
Un cathéter
Quelques compresses imbibées d’antiseptique ou coton et alcool
Un champ stérile
Système d’insertion du cathéter selon le type

Un enfant porteur d’une pompe, s’il se trouve en hyperglycémie et surtout s’il a des corps
cétoniques, doit vérifier sa pompe, et s’il ne trouve rien d’anormal ni d’autres explications
logiques, il doit changer tout le système au cas où cela viendrait de la canule, par ailleurs
le système peut se trouver arraché ou détérioré.

Un flacon d’insuline rapide pour remplir le réservoir ou pratiquer des injections
sous cutanées.
Conduites à tenir devant certaines situations

Que faire en cas de fièvre :

• Je ne change pas mes doses d’insuline, je mesure ma glycémie capillaire plus souvent • Si la glycémie capillaire est supérieure à 2,50g/l de façon répétée, je cherche la présence de sucre et corps cétonique dans les urines avec les bandelettes (ou cétonémie sur lecteur de glycémie approprié). • Si il y a une glycosurie et une cétonurie > 1 mmol/L, j’appelle le médecin à l’hôpital,
il faut faire de l’insuline en plus : 10% de mon poids en insuline rapide (exemple : je pèse 40kg, je fais 4UI d’insuline rapide en bolus) je contrôle la cétonémie ou acétonurie et glycémie capillaire 2 heures plus tard, on peut répéter cela toutes les 2 à 4h tant que les corps cétoniques sont présents et la glycémie élevée. • S’il n’y a pas de cétonémie ou acétonurie, il faut faire l’insuline comme d’habitude • Je vais voir mon médecin traitant pour faire le diagnostic de ma fièvre et la traiter.
Que faire en cas d’intolérance alimentaire :

Je n’arrête jamais l’insuline

• Je fais la moitié de la dose d’insuline semi lente et le tiers de la dose d’insuline rapide (exemple : habituellement le matin, je fais 6UI de rapide et 12UI de semi lente, je fais 2UI de rapide et 6UI de semi lente). • Si je suis sous pompe, je maintiens le débit de base de la pompe, mais n’effectue pas • Si j’ai un stylo avec un mélange pré rempli, je fais la moitié de ma dose habituelle. • Je mange ce que je veux (sans se forcer) si je ne peux rien avaler, je bois du vrai coca cola décaféiné (ou de l’eau en ajoutant 2 sucres en morceau par verre) par petites
quantités, très souvent. Si rien ne passe, je viens à l’hôpital (même procédure pour
les enfants sous pompe)
• Je mesure ma glycémie capillaire plus souvent. • Si la glycémie est < 0,60g/L je me ressucre (voir que faire si la glycémie est basse). • Je vais voir mon médecin traitant pour faire le diagnostic de l’intolérance alimentaire. Si cela dure plus de 12 heures (alors que j’ai moins de 8 ans) ou plus de 24 heures (alors que j’ai plus de 8 ans) je viens à l’hôpital.
DE TOUTE FACON JE VIENS A L’HOPITAL, FACE A CES SITUATIONS SI :
DOULEURS AU VENTRE, VOMISSEMENTS
CETONURIE ++ OU PLUS
CETONEMIE > 1mmol/L.

Que faire en cas d’effort physique.
1) Il est inutile de changer les doses d’insuline pour le sport à l’école.
2) Pour le sport en club : je baisse la dose d’insuline qui couvre le moment du sport de
10 à 15%. Exemple, je fais du sport de 17 à 19h :

Si j’ai deux injections d’insuline/jour, je baisse un peu l’insuline semi-lente du matin
Si j’ai trois injections/jour, je baisse un peu l’insuline rapide du midi.
Si je suis sous pompe à insuline, je déconnecte ma pompe (2h maximum). Lorsque je
reconnecte, je vérifie ma glycémie, si elle est > à 2,50g, je fais un bolus correspondant au
débit d’insuline de base qui aurait dû passer pendant le temps de déconnection. Exemple :
je fais du foot de 17h à 19h, mon débit de base est à 0,5U/h, lorsque je reconnecte : je suis
à 1,5g/l de glycémie, je ne faiq rien. Je suis à 3g/l de glycémie, je fais un bolus de 1UI.

3) Pour les match du week-end : je baisse la dose d’insuline qui couvre le moment du
sport de 15 à 20%.
4) Pour les tournois : (plusieurs matchs) je baisse toutes les doses d’insuline de la
journée de 20% et je baisse l’insuline semi lente ou lente de la nuit suivant l’effort
de 20%.

Sous pompe à insuline : je baisse toutes les doses d’insuline de la journée de 20%,
incluant également le débit de base de la nuit suivant l’effort et je déconnecte la
pompe pendant les matchs.

5) Pour les vacances de neige : je baisse toutes mes doses d’insuline de 30% et je ne
mesure pas mes glycémies pendant les vacances (sauf si je me sens malaise). Même
chose sous pompe à insuline.

Il est toujours possible, en cas de doutes, de
contacter le service pour communiquer une
glycémie capillaire ou un souci particulier.
Au 02 35 10 92 01
L’équipe tentera de répondre au mieux à votre
demande et transmettra au pédiatre en cas de
nécessité ou proposera une hospitalisation.

SPECIFICITES POUR LES ENFANTS PORTEUR DE POMPE A INSULINE
Description du microperfuseur INSET II :
Constitué :

• D’une ligne d’infusion ou tubulure, de longueur variable : 60 ou 110 cm • D’un cathéter à type de canule souple sur une base plate, longueur : 6 ou 9mm • D’un système de déconnection rapide sur le site d’implantation du cathéter • Dispositif d’insertion : inserteur à usage unique, angle d’insertion : 90 degrés • Connexion LUER entre le réservoir et la ligne d’infusion à visser
Préparer le nouveau microperfuseur INSET II

• Enlever le film plastique et la protection stérile du système INSET II • Retirer le couvercle du système INSET II en appuyant sur les pointillés latéraux tout • Dérouler toute la tubulure de l’INSET II • Poser le système INSET II à plat sur le champ stérile
Implanter le cathéter du microperfuseur INSET II

• Désinfecter le site d’implantation • Retirer délicatement la pellicule de protection de l’adhésif • Armer l’introducteur en plaçant le pouce et l’index d’une main sur les rainures des deux cotés du boitier, pour le maintenir, et en tirant à la verticale sur le ressort blanc jusqu’à entendre un « clic » en serrant les deux ergots entre le pouce et l’index de l’autre main • Positionner la ligne d’infusion dans l’encoche • Oter le capuchon bleu de protection de l’aiguille en le tournant délicatement • Tenir le système entre le pouce et le majeur posés sur les empreintes rondes • Placer le dispositif d’insertion bien à plat sur la peau tendue entre deux doigts au • Presser simultanément sur les empreintes rondes • appuyer sur le centre de l’introduction pour libérer l’aiguille guide • Oter l’introducteur en le saisissant en son centre et en le tirant délicatement • Masser l’adhésif pour s’assurer de sa bonne adhérence à la peau • Remettre le couvercle en place jusqu’à entendre un « clic »
2) Remplacement du réservoir et du cathéter :
Le réservoir et le cathéter doivent être changés en même temps, tous les 3 jours (sauf si
problème particulier entre deux ) on doit toujours vérifier l’intégrité des emballages du
réservoir et du catheter, et les dates de péremption. Vérifier l’insuline et sa date de
péremption, insuline à température ambiante depuis au moins six heures. NE PAS
CHANGER LE CATHETER AVANT DE SE COUCHER

Se laver les mains
Réunir le matériel nécessaire :
sur un champ stérile ou un endroit propre, on met l’insuline
(flacon ou cartouche d’insuline rapide) le réservoir et la pompe à insuline, le cathéter
inserteur, hexomédine ou biseptine et compresses ou compresse imbibée d’un désinfectant, un
bouchon pour le réservoir.
Remplir d’insuline le nouveau réservoir : sortir le réservoir de son emballage, clipper
l’embout bleu à l’extrémité du piston, tout en le maintenant, faire coulisser plusieurs fois le
piston pour bien lubrifier les parois du réservoir et vérifier qu’il fonctionne, pousser le piston
du réservoir à son maximum, insérer l’aiguille à l’extrémité du réservoir, en tournant dans le
sens des aiguilles d’une montre. Désinfecter à l’alcool le flacon ou de la cartouche, retirer le
capuchon blanc de protection de l’aiguille, enfoncer l’aiguille dans la bague de caoutchouc de
la cartouche ou du flacon, tirer lentement sur le piston pour remplir le réservoir d’insuline,
retirer l’aiguille, tapoter sur les cotés pour chasser les bulles d’air vers le haut : IL EST
IMPORTANT DE NE PAS AVOIR DE BULLES D’AIR DANS LE RESERVOIR
.
Enlever l’aiguille et retirer l’embout bleu en appuyant sur les deux ergots et en tirant en
arrière.
Retirer l’ancien réservoir : Déconnecter la ligne d’infusion du site d’implantation du
cathéter, tourner dans le sens contraire des aiguilles d’une montre le capuchon du
compartiment du réservoir de la pompe pour le dévisser, tirer le réservoir hors de la pompe, le
fond de la pompe vers le haut et l’orifice du logement du réservoir vers le bas. Tourner le
raccord de la ligne d’infusion au niveau du réservoir d’un demi-tour dans le sens inverse des
aiguilles d’une montre, récupérer le capuchon.
Connecter la ligne d’infusion du nouveau cathéter au réservoir : passer le raccord de la
ligne d’infusion du nouveau cathéter à travers le capuchon, visser le raccord en le tournant
dans le sens des aiguilles d’une montre à l’extrémité du réservoir. Chasser les bulles d’air en
tapant sur les parois du réservoir et en poussant sur le piston, envoyer de l’insuline dans les 5
à 6 premiers centimètres de la ligne d’infusion, en poussant sur le piston, pour s’assurer du
bon fonctionnement et éviter que de l’air se retrouve dans le réservoir en faisant la manœuvre
de retirer le piston du réservoir. Dévisser sans tirer le piston du réservoir en tournant dans le
sens inverse des aiguilles d’une montre.
Effectuer le retour piston : appuyer sur n’importe quelle touche pour faire apparaitre l’écran
d’accueil
• Appuyer sur la touche de défilement pour sélectionner PURGE/RETOUR • On : RETOUR PISTON / INSER RESERV / PURGE CATHE / PURGE CANULE • On voit écrit « déconnecter le cathéter du corps • Retour piston fini avec les indications INSERER LE RESERVOIR, visser capuchon et Installer le nouveau réservoir : il faut toujours effectuer un retour piston pour insérer
un nouveau réservoir

• Insérer le nouveau réservoir dans son compartiment, tourner le capuchon dans le sens des aiguilles d’une montre pour le verrouiller, sans trop le serrer, appuyer sur n’importe quelle touche pour faire apparaitre l’écran d’accueil • Appuyer sur la touche de défilement en bas pour sélectionner PURGE/RETOUR • OK, l’écran RETOUR PISTON FINI s’affiche et insérer le réservoir, visser capuchon, • Ecran CHARGEMENT DU RESERVOIR s’affiche • Le piston se met en place, puis l’écran purge s’affiche
Purger la ligne d’infusion du cathéter :

• L’écran purge s’affiche avec Déconnecter le cathéter du corps • L’écran PROCEDER PURGE s’affiche avec appuyer et maintenir la touche OK en tenant la pompe vers le haut (réservoir en l’air) pendant la purge et PURGER • OK jusqu’à l’apparition de gouttelettes d’insuline à l’extrémité de la canule • Vérifier l’absence de bulle d’air dans la ligne d’infusion, s’il y en a refaire une purge • Quand la purge est terminée, l’écran affiche la quantité d’insuline utilisée pour la purge et la quantité d’insuline restante dans le réservoir
Le cathéter a été posé en sous cutané.

Purger la canule du cathéter :

• L’écran purge s’affiche avec quantité et 0.00U • Mettre la quantité d’insuline pour la purge canule
INSET II : 0,3 UI pour une longueur de 6mm
INSET II : 0,5 UI pour une longueur de 9mm
QUE FAIRE EN CAS DE PANNE DE POMPE
Le prestataire fournira une pompe dans les 24h sur le territoire français et vous
emmènerez une pompe neuve avec vous si vous partez à l’étranger.
Conduite à tenir :

J’appelle le prestataire de service pour un remplacement ? celui-ci vient en principe
Je vérifie ma glycémie capillaire et la présence ou non de corps cétoniques (dans le
S’il n’y a pas de corps cétoniques et que le prestataire peut arriver dans les 2 à 4
heures, je ne fais rien de spéciale, j’attends sa venue. S’il y a un repas durant cette période, je fais une injection d’insuline rapide à l’aide d’un stylo, correspondant au Bolus habituel avant ce repas, en attendant ce prestataire. • Le médecin à l’hôpital a prescrit une boite de novorapide flexpen (c’est un stylo
jetable qui contient une insuline ultra rapide) que je garde chez moi, je place une aiguille microfine + BD 5mm sur le stylo jetable, j’injecte en sous cutané, dans le ventre ou dans la cuisse la quantité d’insuline correspondant au Bolus habituel • S’ il y a des corps cétoniques (dans le sang > 1mmol/L, dans les urines à plus de 2
croix) je fais une injection d’insuline rapide à l’aide d’un stylo en attendant le
prestataire : injecter en sous cutané, dans le ventre ou dans la cuisse, 0,1 UI/kg
d’insuline novorapide ( soit 10% du poids du corps : exemple je pèse 15kg je fais
1,5UI) appeler l’hôpital et cf hyperglycémie : (annexe 12)
S’il n’y a pas de corps cétoniques, mais que le prestataire ne peut venir que
plusieurs heures plus tard (plus de 12 heures après) je peux complètement
substituer l’insuline à la pompe avec des insulines en injection sous cutanés.
Le médecin à l’hôpital a prescrit : une boite de lantus (stylo jetable qui contient une
insuline lente qui dure 24 heures) et un stylo de Novorapide jetable contenant un analogue rapide, comme l’insuline de la pompe. : placer une aiguille microfine + BD 5mm sur le stylo jetable • Avant le petit déjeuner, le déjeuner, le goûter, le diner, injecter en sous cutané, dans
le ventre ou dans la cuisse, la quantité de Novorapide correspondant dose pour dose au Bolus effectué à cet horaire. • Et le soir au diner faire une injection de Lantus : la dose correspondant exactement
à celle que le débit basal de la pompe apporte sur 24 heures. (Exemple : basal de oh à 8h = 0,5UI/h, de 8h à 12h = 1UI/h, de 12h à 20h = 0,8UI/h et 20h à 0h = 0,6UI/h je vais faire : 16,8UI de Lantus arrondi à 17UI) • Ces problèmes sont très rares mais c’est utile de connaitre les solutions de
remplacement (exemple lors d’un voyage à l’étranger, le système des injections décrit ici peut parfaitement remplacer la pompe plusieurs jours) Document élaboré par l’équipe de pédiatrie du centre hospitalier intercommunal du
pays des hautes falaises de Fécamp. Dr Lahrach en septembre 2013.






Particularités concernant ………………………………
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________
________________________________________________________________

Source: http://files.etp-hn.webnode.fr/200000139-db17ddc14c/livret%20d'accuiel.pdf

Fall hive prep c.doc

****ALL HONEY SUPERS MUST BE REMOVED FROM THE HIVE BEFORE ANY MEDICATIONS ARE APPLIED. To prepare your hives for winter, it is suggested that they be treated with Apistan, menthol and terramycin (all at the same time), starting between the first and second week of August and with Fumagilin-B as soon as the terramycin treatment is completed. Treat as follows: APISTAN Place the Apist

E130489a_jiangnan 1.2

Hong Kong Exchanges and Clearing Limited and The Stock Exchange of Hong KongLimited take no responsibility for the contents of this announcement, make no representationas to its accuracy or completeness and expressly disclaim any liability whatsoever for anyloss howsoever arising from or in reliance upon the whole or any part of the contents of thisannouncement. (incorporated in the Cayman Island

Copyright © 2010-2014 Sedative Dosing Pdf